Escalade
sur
Mur et Falaises
dans les
Calanques Marseillaises

A Retenir ...

Les horaires :

Les Cours :

Les infos du mois :

Partenariat CIME / UNADEV

Ceux venant sur le créneau du lundi ont pu découvrir que nous accueillons dorénavant des membres aveugles ou déficients visuels. Sous la direction de Pierre CLARAC et d’Axel AVOCAT, nos BE, nous avons décidé de permettre à ces nouveaux membres de découvrir l’escalade ou de se perfectionner.

Dans ce cadre, nous sommes ravis d’accueillir, à l’avenir, Valérie, Jeanine, Sabine, El Hadi, Jessica et Anouar

Pour cela, nous sommes assister par Pierre HORTHOLARY éducateur sportif auprès de l’UNADEV.

Notre but est de leur permettre de s’intégrer pleinement parmi les autres grimpeurs et envisageons de leur faire découvrir, au printemps, le plaisir de grimper dans les Calanques.

Bien évidemment, votre aide est précieuse et la bienvenue que ce soit pour leur déplacement ou les assurer.

Pour cela, vous trouverez quelques conseils de base pour les accompagner et les guider:

Présentez vous et expliquez pourquoi vous êtes là !

Demandez à la personne, si elle a besoin de prendre votre bras ou si elle préfère vous suivre, derrière vous et repérant votre silhouette. Dans ce cas ne vous vexez pas et pensez à lui annoncer les obstacles que vous avez pu repérer.

Les 4 règles de base de la technique de guide :

  1. Offrez votre bras :

  2. Si la personne accepte votre aide, présentez-lui votre bras de façon à ce qu'elle puisse vous tenir au-dessus du coude. Cette façon de faire lui permettra de bien sentir les variations dans vos déplacements.

    Il est très important que ce soit la personne qui prenne votre bras. Il ne faut surtout pas la tirer ou la pousser puisque cela peut non seulement être stressant, mais aussi être imprudent notamment lors de traversée. La personne DV est alors protégée par le guide qui est en 1er sur les obstacles et non l’inverse !

  3. Ralentissement : Prenez un pas de sécurité

  4. Marchez un pas en avant de la personne pour anticiper les irrégularités du terrain (par exemple le trottoir) et éviter les obstacles au sol ou en hauteur (par ex. escalier). Face à un obstacle, pour le contourner, ralentissez si nécessaire, mais le duo doit pouvoir slalomer entre les obstacles sans les heurter. Lors d’une dénivellation, marquez un arrêt au nez de celle-ci et avisez la personne. Adaptez toujours votre vitesse à celle de la personne guidée !

  5. Dénivelés : être prêts pour les escaliers

  6. Lorsque vous rencontrez un escalier, faites une pause, indiquez s'il faut monter ou descendre et proposez à la personne de prendre si elle le souhaite la main courante. Pensez à aviser la personne DV de la fin de l'escalier.

  7. Passages étroits : En ville et pleine nature !

  8. En ville : Sur un trottoir trop étroit pour être côte à côte avec la personne DV, le guide se place devant la personne guidée et place son bras derrière son dos. La personne DV tient toujours le guide au niveau du coude et se retrouve en sécurité derrière lui.
    En pleine nature, cette solution repose sur une pratique de terrain et non académique : La technique reste globalement la même mais devra surtout être adaptée à l’état du chemin emprunté. Si le passage est assez large et peut accidenter (pas ou très peu de trous ou de racines ou de branches à passer) vous restez sur la technique de guide au bras comme évoqué précédemment mais avec plus de vigilance aux racines.
    Par contre, si le chemin est de largeur « d’homme » et que vous ne pouvez l’emprunter à deux de front, le guide doit se positionner devant la personne guidée.
    Si la personne a une canne blanche ou un bâton de marche, cela servira de « bâton/lien » et sera placée à l’horizontale, entre les deux personnes qui en saisiront chacun une extrémité et avec la même main, mais sans croiser !
    La personne guidée va ressentir grâce au bâton, les changements de direction et d’inclinaison du terrain. L’idéal est de prendre un bâton d’au moins 1m20 pour ne pas vous gêner et laisser assez de place entre vous deux, ou à défaut une sangle sur un sac à dos.

Et n’oubliez pas qu’ils ressentent très bien notre sourire.